Année du réveil social à Soitec ! ! !

Les élus du syndicat CGT Soitec vous souhaitent une très belle année 2018

Tout d’abord, notre syndicat insiste sur le fait que ce tract de début d’année ne remet en aucun cas le travail constructif réalisé et toujours en cours avec l’intersyndicale. Néanmoins, les membres (élus et syndiqués) de la CGT Soitec et des salariés souhaitaient depuis plusieurs semaines une communication de notre organisation concernant la crise en cours.

En effet, cette année 2017 aura été marquée socialement par le bras de fer engagé par la direction à l’encontre de ses salariés et de leurs représentants pour la défense de ses seuls intérêts, à savoir le MIP (Management Incentive Plan) et ses dizaines de millions d’euros associés

Pour rappel, depuis début 2015, la CGT Soitec a multiplié les RDV auprès des politiques au sens large. Initialement complètement focalisés sur la sauvegarde de l’ensemble des emplois après l’arrêt brutal de l’activité solaire, nous avons profité de ces rencontres pour jouer les lanceurs d’alerte en informant les membres du cabinet Macron (à l’époque ministre de l’économie) du scandale que représentait le MIP. Nous dénoncions déjà à l’époque la bombe sociale que ce dispositif allait représenter s’il n’était pas annulé ou sensiblement remanié (i.e. son élargissement d’entrée à l’ensemble des salariés, à % de capital constant).

Ce plan d’actions (MIP) avait été « habilement » intégré dans le plan de refinancement qui allait conditionner la survie de notre entreprise. Ainsi malgré une oreille plus qu’attentive des représentants du ministère de l’économie (et même une certaine exaspération, au moins de façade), la CGT Soitec était rapidement recadrée par notre direction en invoquant les dangers que nous faisions courir à notre entreprise…       Une première réduction symbolique du MIP au vu de son dimensionnement (-15 % environ) était censée nous faire revenir à la raison.   C’était peine perdue…

Ainsi, pendant trois ans, notre syndicat n’a jamais arrêté de vous informer sur le MIP et les sommes scandaleuses en jeu, mais force est de constater que c’est le « dégât collatéral » d’avril 2017, à savoir l’impact négatif du MIP (forfait social) sur l’intéressement qui a réellement permis une prise de conscience massive de l’injustice en cours par les salariés et par les autres syndicats.

Il n’y a aucun doute sur le fait que c’est bel et bien votre mobilisation et vos différentes interventions à tous les niveaux qui ont fait bouger les lignes. Le rassemblement historique de juin dernier avec 400 salariés de toutes les CSP a montré votre détermination et votre cohésion pour exiger une modification du MIP. Depuis le début nous sommes convaincus que la responsabilité est de notre côté face à la cupidité de quelques-uns. Vos nombreux témoignages d’exaspération tout en continuant à vous impliquer pour l’entreprise en sont l’illustration. Malgré tout la direction et notre Conseil d’Administration (CA) sont restés sourds à nos revendications légitimes concernant le MIP quitte à engendrer une déstabilisation sociale profonde de Soitec. Irresponsable ! ! !

Alors que la dernière proposition, plus que raisonnable, de l’intersyndicale était un allongement de la durée du MIP pour éviter un décalage complètement incohérent entre les enjeux stratégiques clés pour Soitec, les actions éventuelles pour les salariés (PAT) et le versement des actions gratuites aux 34, ces derniers ont rejeté « à une très grande majorité » cette proposition (consultation individuelle anonyme récente). Tous dans le même bateau ? ? ? Seul derrière un clavier, incarner certaines valeurs semble tout à coup moins évident…

 

Aujourd’hui les dégâts sont là et les responsables sont multiples :

  • notre direction qui par son dogmatisme et sa cupidité a complètement bafoué les valeurs qu’elle était censée incarner depuis le changement de gouvernance.
  • nos représentants au CA, BPI en tête (représentants de l’Etat), qui se sont fait tordre le bras par nos dirigeants sans réagir début 2015. Ces derniers prouvent malheureusement qu’ils sont avant tout des experts financiers, sans vision industrielle solide et méconnaissant complètement les ressorts sociaux d’une entreprise.
  • les ministères de l’économie successifs (Macron et Lemaire) qui ont été incapables de corriger leur erreur et ont préféré la passivité coupable plutôt que le courage politique face à l’indécence la plus totale.

Notre syndicat continuera de dénoncer cette situation car lutter face à de telles injustices fait partie de notre ADN. Ce qui s’est passé à Soitec ne doit plus arriver dans aucune entreprise et illustre la perversion du système économique ultralibéral en place où les pires excès de nos pseudo-élites ne devraient même plus être relevés.

La CGT Soitec tient ensuite à préciser à notre direction et à notre CA que notre silence ne s’achète pas, que ce soit avec un plan d’actions ou autre chose. Dans un pays démocratique, aucune organisation syndicale ne peut accepter de chantage quant à sa liberté de communication et ses prises de position. Donc nous souhaitons couper court à toute tentative d’accord (déjà évoqué plusieurs fois) qui serait par nature inconstitutionnel.

Pour finir, vous allez être consultés par la direction ces prochains jours pour savoir si vous souhaitez, ou pas, la mise en place du Plan d’Actions pour Tous (PAT). Notre syndicat reviendra vers vous dans le cadre de l’intersyndicale lors de réunions organisées sur votre temps de travail dès cette fin de semaine pour vous permettre de voter de manière la plus éclairée possible à la question posée par la direction.

La CGT Soitec ne donnera pas de consigne de vote car nous sommes arrivés au bout d’un processus et chacun doit maintenant se positionner individuellement. Par contre quel que soit votre choix, nous le respecterons et notre syndicat sera à vos côtés :

  • si la proposition de la direction est rejetée par une majorité de salariés, nous ne devrons pas en rester là et la CGT Soitec se tiendra auprès de vous pour relayer massivement votre message et préparer avec vous des actions pour nous faire entendre.
  • si la proposition de la direction est acceptée, nous ferons tout notre possible pour négocier (conditions de distribution des actions, objectifs sur les trois prochaines années fiscales…) voire éventuellement dénoncer ce qui doit encore l’être (le MIP et maintenant le « mini » MIP de 0,8 % du capital pour les « key people » qui n’ont pas fait partie des 34 et les nouveaux arrivants les plus chanceux…).

Sachez que ce Plan d’Actions pour Tous, s’il était mis en place, serait le fruit de votre mobilisation appuyée par une intersyndicale solide & du travail constant de vos élus CGT Soitec sur le terrain depuis 2015. Nous devons en tirer les conclusions pour l’avenir. Seule l’implication de salariés unis et déterminés pour créer un rapport de force favorable permet de se faire entendre lorsque la situation l’exige. Soyons-en toujours conscients…

« La cupidité n’est autre qu’un dogme suicidaire lent qui conduira l’homme à toujours justifier l’injustifiable. » Souleymane Boel

« Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun mais pas assez pour la cupidité de tous. » Gandhi

Votre syndicat CGT Soitec, le 18/01/2018 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *